Intégrer les phases

Nous comprenons que lors des cycles de la journée, notre corps s'ajuste selon des trames géométriques dans toute la nature. 


Ainsi, nous le vivons toutes et tous, les espaces et les temps se confondent avec des périodes régulées de repos, de création, de diffusion et d'intégration tout au long du quotidien. Certaines interruptions se mêlent et se relient comme des ponts invisibles, nous percevons que certains de ces espace-temps sont propices à une étude et une pénétration plus profonde de soi. D'autres nous permettent d'ouvrir certains talents innés puis des suivants qui nous connectent à une grille que je nommerai grille de vie. Nous pouvons porter conscience sur cela ou non sans pour autant ne pas connaître la complexité du corps humain et de ces cellules. 


À chaque respiration je reçois de l'information venant de la lumière, des éléments, ... Je me nourris de tout ce qui circule dans une danse sacrée entre la vie et la nature. Si je puise suffisamment dans l'étude de l'équilibre de cette nature et de la vie, je peux retrouver une essence inconnue qui me relie à mon bien-être. Nous pouvons croire à tort que bien-être signifie se résigner ou abdiquer à une participation active dans le monde raisonnable. 


Le corps s'harmonise par flux dynamiques d'une complexité horlogière. Si je deviens attentif au rythme que je m'impose, je ne suis pas obligé de vivre dans des théories, des concepts imaginaires ou d'oublier de vivre. La plupart des personnes pensent qu'observer ce qui naît de l'esprit est une fuite de la vie, une perte d'un temps pourtant bien si précieux. De manière proportionnée et différente à la fois, le temps se compte d'une manière bien particulière pour chaque entité vivante. Le fait de penser à son bien-être n'est pas une notion à prendre du temps à décider semble-t-il pour la plupart des personnes raisonnables. Le temps se compte en possessions et en argent trébuchant sur nos enfants. Si je peux vivre l'opulence d'un roi, je le donnerais à ceux que j'aime évidemment... 


Oui j'entends cela, sauf que, le charme de ces paillettes que vous me parlez me fait peur ! Pourquoi refuserai-je ce que je peux tirer comme lait à cette vie puisqu'elle nous à fait unique ? 


Je pense pourtant que la vie ne se compte en goutte de lait, aussi doré soit-il, mais ne se compte plus lorsque nous la contemplons.

C'est par la structure dynamique que nous recevons les possibilités les plus profondes de nous laissé transcender par l'essence vitale. Par la pureté en l'instant de la conscience, nous voyageons dans les dimensions en apprenant à utiliser nos structures énergétiques primordiales. C'est dans le monde atomique que nous avons développés par des enseignements guidés les moyens de naviguer dans ces dimensions. 

Si je me relie à ces échelons dimensionnés par les géométries subtiles et leurs juste compréhension, je peux transcender et laissé vivre les forces supérieures qui à la fois régissent, gouvernent, modèlent et insufflent dans les ponts de manifestation, afin de toujours positionner les actes et la volonté naturelle dans son axe d'équité. Ce que souffle la nature c'est l'harmonie d'une danse, qui en gouttelette la vie et par un arbre d'unité parfume.


C'est lorsqu'en laissant la pure trame géométrique, qui activée par la présence que nous explorons les dimensions vitales. Plusieurs centres gouvernent les ondes pour leurs juste transmissions, le hasard manifeste le franchissement par synchronicité des voiles d'illusions de soi-même, nous transcendons l'infinie unité qui lorsque touchée par la lumière divine, nous percons à travers et laissons la vie nous déshabiller. 


Nous revêtons les formes-pensées, les émotions,... C'est par la juste compréhension de leurs corps que nous puisons et éjectons les souffles des astres car nous sommes tous une des géométries nécessaires à la circulation d'une volonté supérieure.


Davantage nous nous approchons de notre centre, davantage la vie nous pénètre et nous déshabille. 


Si nous acceptons notre présence naturelle, nous nous allignons aux structures les plus essentielles à la fois à notre fonctionnement et aux fonctionnements de l'équilibre naturel. Plus nous ancrons la volonté supérieure qui vit en chacun(e), davantage nous nous harmonisons et rendons l'harmonie vivante. 


Réhausser la pureté de cueillir l'instant c'est se laissé sculpter de chaque souffles nouveaux de vie.


Ce perpétuel pont de transmission, de purification et de partage réhausse le niveau de réception du chi car le corps se transmets le flux de ses pensées. 


Découvrir par la connaissance de nos espaces d'expériences et d'irrigations, permet de laissé venir dans la vie du cosmos les influx les plus puissants. 


Nos corps et canaux dans la grille de vie nous insuffle et laisse respirer le corps de l'âme qui vit par les vagues de l'espace subtil. Les codes sacrés, les respirations suspendues dans l'instant d'une éternelle abondance lumineuse, d'une harpe cristalline, cette nature verdoie en nos corps, nos auras et dans les atomes y circulent des fréquences subtiles. Si nous savons dépoussiérer cette nourriture sacrée, alors c'est nos corps que nous commençons à purifier. 


Lâcher et laissé libre cours à la danse de son corps, que chaque entre instant demeure ce lieu qui vous apaise. Que chaque geste pénètre et transcende votre rapport à l'interconnexion.


Remettre son corps et appeller la colombe est appel à accueillir notre vêtement en l'honorant de la simplicité de la ronde des galaxies. 

Comprendre en laissant vivre la transcendance de la conscience sur la matière, c'est rendre la parole juste, c'est laissé libre cours à l'imagination de la vie nous rendre vecteurs, tout en touchant l'essence même de chaque profondeur dans l'âme des particules. 


Pour le clairvoyant, les particules-mères sont des amas de galaxies microscopiques qui servent de vaisseaux central d'où est donné l'impulsion qui va servir à donner par la création des matériaux. 


Lorsque la distribution manque d'informations basiques géométriques, qui sont des parfums de l'initiation aux centres sacrés, nous perdons l'essentiel initial de la volonté qui nous a insufflée la vie. Nous avions perdu la connaissance, oublié ce que veut nous dire ce corps sacré.


Après avoir dénudé par la rencontre de l'esprit, nous permettons à la conscience, qui s'est rendue au service pour la bonne circulation de la vie, d'affirmer dans chaque corps l'accueil au sacré et à ce qui éclaire tout en réchauffant. 


La parole juste peut être nourriture vivante, davantage nous ré-apprenons à utiliser le corps et toutes ses nuances. Les moindres mouvements, gestes, postures ou danses sont des respirations de ce que l'on est par essence comme un brin de corail dans la mer.


Respirant, parlant et se laissant soufflé par les courants du cosmos primordiaux, ceux qui balaye les vies et qui maintient l'ensemble de la carte  des constellations, nous sommes appelés par nature à avoir déjà assimilés certaines etapes structurelles pour la conscience qui déploie aujourd'hui en l'humain, par le retour du maître de sagesse en son coeur, ses facultés d'interaction. 


L'humain cherche lorsqu'il le comprend, que la peur à l'extérieur est un appel à soi, à creuser en sa profondeur, sauf qu'il est nécessaire aussi de se demander comment et en quoi car retrouver sa posture juste c'est perdre les notions d'attachement. 


Découvrir que nous sommes la nature structurant nos pensées par des forces dynamiques montre les potentiels de déplacements dans les mémoires liées aux centres akashiques. En s'y déplaçant et en utilisant les différents corps de la conscience, nous insufflons par notre attention une passerelle lumineuse pour que tous y soient balayés par le nettoyage actuel.


(...)

Arc-en-ciel
à partir de 21,00 €
Étoile
à partir de 34,00 €
Harmonie
à partir de 89,00 €
Osmose
à partir de 144,00 €
Quintessence
à partir de 55,00 €

( Nouveau ) 

Contribuez au travail

par un Don

 

Merci