Pacifier la lutte

 

Nous vivons une période de l'ère terrestre qui nous appelle dans des sujets aussi vastes que variés a dépoussiérer notre rapport à nous-même et notre environnement. Les conflits semblent éclater aux quatre coins du monde et sans aller les chercher aussi loin, se déroulent aussi juste devant nos yeux. L'approche de ces sujets et thématiques appellent tous êtres humains à se positionner quoiqu'il arrive vis à vis de ces sujets. D'ailleurs nous pouvons observer l'importante sollicitation de nos réactions sur des sujets très vastes au quotidien, malgré qu'ils soient à des milliers de kilomètres de là où nous demeurons, nous sentons tous que notre participation et notre position vis à vis de ces sujets nous impliquent de toute façon. 

 

Cependant, ces sollicitations qui ont effectivement leurs place dans le champ d'expérimentations collectifs ne doit pas dérober notre profonde volonté d'harmonie. Lorsqu'une personne vit l'appel de l'harmonie, qu'importe son degré de conscientisation, elle comprend étapes par étapes que la réaction ressort d'un lent processus de développement qui s'est déroulé par le passé dans l'élaboration de la conscience dans la matière. L'action-réaction est un savoir que l'atome a su intégrer à un moment donné lui permettant de se multiplier pour son élévation. L'action-réaction est l'intégration d'un savoir-faire accumulé au fils des âges. Depuis, l'atome s'est régénéré et s'est développé, intégrant de nouveaux potentiels dans l'appréhension des informations circulantes. La conscience se peaufine, s'ancre davantage, se matérialise dans de nouveaux corps d'énergies, se déploie et s'ouvre à de nouveaux potentiels dont le hasard semble en être une des lois primordiales. 

 

Nous pourrions considérer cela comme le fait d'atteindre le prochain gardien du seuil, ce qui fera vivre une initiation novatrice qui permettra davantage à la conscience d'embrasser ce qu'elle est déjà à un niveau plus profond. C'est la lutte qui est le signal d'alarme, comme si nous traversions une arche où les aspects grossiers préviennent le gardien en effleurant la cloche suspendue à son centre. " La porte est étroite " car elle implique de se débarrasser de ce qui doit être évacué afin de permettre à plus simple d'être intégré. 

 

La démarche qui pousse un être à explorer les rouages de l'univers et donc de soi, l'amène à aller à la rencontre de l'inconnu. Il existe autant de voies que d'entités vivantes et dans cette mesure, et dans la voie de l'unicité à laquelle l'atome y a intégré ce rythme de croisière universel et collaboratif, conscient de ce qu'il est, même de son ignorance et toujours en voie d'exploration, contribue à davantage de différences Percevons bien que c'est la différence qui conclut à une unicité. La poésie est d'ailleurs au secours de l'égarement car au-delà de l'élaboration intellectuelle, la présence poétique de la vie suggère cette simplification. 

 

Les sujets aussi vastes et variés ne doivent pas occulter la profonde volonté de la vie à l'élaboration de l'unité sous ces aspects multiples. Trouver le terrain de jeu qui co-créera la paix est de mon sens plus raisonnable que de vouloir avoir à tout prix raison sur un sujet et de l'imposer d'une manière sournoise.

 

Le sujet de Dieu est un sujet qui soulève un grand nombre de rejets et de conflits mais pas que. Ranger les communications de la présence divine à un simple chiffre pourcenté est de mon sens une aberration puisque la multiplicité de la vie nous montre qu'elle ne s'élabore pas selon une fourchette ou une tranche imaginaire mais bien infinie dans sa manifestation. C'est cela aussi qu'implique la connaissance du rapport de phi. Cette opération nous montre que ce rapport est présent en tout, comme une empreinte que nous ne pouvons ni modifier ni rejeter mais accepter comme telle, c'est-à-dire irrationnelle, encore une fois pas que !

 

Il est à comprendre que ce qui est considéré comme Dieu n'est pas saisissable d'un point de vue définitif, je souhaite dire, nous ne pouvons dire Dieu est faux ou Dieu est vrai, car si cela amène une réponse de ce type, la vie aurait-elle besoin de poursuivre son avancée ?

 

La ferveur de Dieu est un mystère. La foi en Dieu n'est pas une démarche qui conduit à laissé la place à une illusion au cœur de soi. La foi en Dieu permet une respectueuse et juste volonté d'harmonie. D'ailleurs lorsqu'une personne que l'on considère comme terre-à-terre,  se lève pour aller travailler, n'élabore-t-elle pas une image invisible de ce qui doit être fait avant même que cela soit manifesté ?

 

C'est cela l'invisible irraisonnable qui guide chaque être. Tout dépend comment nous l'orientons ou lui permettons d'orienter nos choix et nos vies. 

 

Je souhaite vous montrer une simplicité. Observez le ventre maternel s'expanser extérieurement et intérieurement à la fois. N'est-ce pas dans le creuset "invisible" que la manifestation de la vie s'élabore ? Dès lors que ces deux êtres se sont aimés, c'est bien dans cette irraisonnable invisible que le mystère de la vie s'élabore. Peut-être cela peut-il être perçu d'une manière totalement mécanique quand d'autres y voient un miracle inexplicable. Quoiqu'il arrive tous seront touchés par la gestation et l'enfantement. Et bien lorsque vous jugez une personne qui vit la foi en Dieu, c'est comme si vous vous moquiez de cet être qui trouve le mystère de la vie magique. Bien sûr nous ne l'exprimons pas tous ou ne le vivons pas tous de la même façon, et tant mieux !

Peut-on fixer un mystère et lui donner un cadre ? Peut-on élaborer une argumentation autre que par celui de nos propres croyances ? Et bien " l'explication " elle aussi est irraisonnable mais peut aussi être très raisonnable.

 

Ce qui est le plus important n'est pas de savoir si ce pilote de formule 1 ou ce moine dans la foret a raison ou a tort, le plus important est la paix ! Je dirais même que ce pilote et cet ascète peuvent tout aussi bien trouver le terrain d'une communication pacifique dès l'instant que tout deux y sont impliqués, voilà aussi pourquoi il n'est important d'être croyant mais d'être bon, qu'importe la voie que nous choisissons. 

 

Pourquoi alors vouloir à tout prix vouloir imposer une société sans religions alors que d'autres souhaitent expérimenter cela ? Nous considérons-nous si tout puissant pour se penser seul détenteur de la voie de l'harmonie ?

 

Seulement, comprenez, que je trouve plus aisément dans les religions cette volonté d'harmonie que dans la compétition d'une course d'automobile . . . Il y a autant à s'amuser à trouver le terrain de jeu de la paix que de trouver tous les espaces nous permettant d''entrer en compétition avec notre prochain. Voici tout l'enjeu de cette ère présente. Serons-nous suffisamment apte à accepter que l'harmonie est possible au-delà de nos caprices d'enfants ? Ou continuerons-nous à vivre ensemble ce conflit intérieur qui nous pousse chaque jour à ne pas trouver ce terrain de jeu qui nous rassemble ?

 

Dans l'approche de sujets philosophiques, scientifiques, religieux, ... nous ne pouvons occulter que si nous ne sommes pas réellement impliqué dans cette démarche, nous ne pourrons comprendre avec clarté sans ego, ce dont il est question. Certains puiseront dans les textes religieux des connaissances qui justifient leur savoir, d'autres y sentiront l'appel vers des sphères plus harmonieuses. Je ne me fais pas ni arbitre de l'un ni de l'autre. Juste je tiens à rappeler que le plus important est de pacifier la lutte sans vouloir s'imposer à l'autre. Le philosophe et le scientifique ont deux langages distincts, mais ils ont bien l'opportunité dans leurs différences d'élaborer une communication saine et respectueuse dès l'instant que cette volonté est plus forte que de vouloir avoir raison ou de vouloir à tout prix être celui qui détient la vérité.

 

C'est notre multiplicité la vérité. C'est à travers la différences que la vérité s'exprime. C'est une unité bien présente qui existe car alors nous constaterions des incohérences qui nous suggéreraient que l'univers, les planètes, le cosmos, etc ... sont en passe de ne plus jamais et d'une manière absolue exister. Ce qui est bien prétentieux, c'est d'ailleurs tout aussi prétentieux de penser que tôt ou tard ce sera l'apocalypse ou plus rien n'existera sur terre. Tout ces sujets nous appellent à davantage d'authenticité. D'ailleurs si nous prenons n'importe quel sujet, nous pourrions développer la confiance, la violence, l'humilité, la joie, la colère, ... Tout dépend de ce que nous sommes prêt à vivre. Dès l'instant que nous nous désidentifions en intégrant cette source de silence qui n'a aucune raison de juger, puisque elle est, nous devenons observateur des pensées. Une brise frâiche circule à travers créant une aération de l'espace mental, en un instant, nous ne sommes plus soumis ni à nous-même ni à quoique ce soit puisque nous nous détachons de l'impact que nous croyions authentique.

 

La croyance nous amène à juger. La voie de l'harmonie nous amène à la dépister partout et en tout même dans le chaos. Encore une fois, ce n'est pas l'information qui doit être accumulée mais l'information doit nous amener à déployer autre chose. 

 

Faites vos choix, positionnez-vous avec actes, expérimentez ce que vous n'êtes pas et peut-être cela vous donnera-t-il l'impulsion d'exprimer ce que vous êtes et que vous ne connaissez pas, remettez la croyance entre les mains du silence et vous entendrez le chant de votre âme, vous laisserez s'exprimer non plus le conflit mais utiliserez le conflit pour permettre à bien plus merveilleux de s'y infiltrer. Peut-être cela peut-il être l'harmonie, la joie authentique, la bienveillance, la paix.

 

Nous sommes des atomes dotés d'une intelligence supérieure qui nous permet d'appréhender des choses complexes pour les simplifier, et non le contraire. Puisque nous sommes constitués des mêmes matériaux que les planètes nous avons alors déjà en nous la possibilité de la compréhension naturelle. Ces sujets impliquent une volonté de dé-couvrir l'inconnu, je ne parle pas de rendre connu l'inconnu, mais de s'approcher suffisamment près de l'inconnu pour en ressentir son absolue grandeur qui n'a aucune logique. Ne pas placer de poids davantage dans l'un comme dans l'autre et nous établissons un pont, être à l'écoute de soi avant d'être à l'écoute d'autrui ne peut que nous amener à devenir davantage des maîtres de l'harmonie. L'harmonie qui rassemble, qui guérit, qui console et qui nous conduit au cœur même de l'expérience terrestre.

 

Si vous souhaitez devenir davantage maître de l'harmonie ou harmonieux maître il vous faut alors être à l'écoute des autres aussi. Mais écoutez-les davantage en vous permettant de faire grandir bien plus merveilleux en vous, la joie inconnue d'écouter par la joie, l'harmonie inconnue d'écouter par l'harmonie, la paix inconnue de répondre par la paix. Ni Dieu ni les hommes ne vous l'imposera, c'est cela la magie de la vie.

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Arc-en-ciel
à partir de 21,00 €
Étoile
à partir de 34,00 €
Harmonie
à partir de 89,00 €
Osmose
à partir de 144,00 €
Quintessence
à partir de 55,00 €

( Conférence ADN Tv ) 

La sublimation de l'être

( Nouveau ) 

Arjuna Akasha

( Article ) 

Regarder avec le cœur

Vous pouvez faire un don par le montant qu'il vous convient

 

Merci